The Right to Die: Legalizing Medical Assistance in Dying in Canada

  • Noushon Farmanara McGill University
Keywords: medical assistance in dying, Bill C-14, Criminal Code, Charter of Rights and Freedoms, end-of-life care

Abstract

Permitting medical assistance in dying has been a contentiously debated issue in Canada for decades. In June of 2016, the federal government passed legislation that amended the Criminal Code to permit eligible adults to request and receive medical assistance in dying (MAiD). Two major Supreme Court cases challenged the prohibition of MAiD, with very different results. Although the cases of Rodriguez vs. British Columbia and Carter vs. Canada  were strikingly similar, a shifting political, social, and international landscape over the two decades between the two cases produced very different outcomes. The 2015 landmark decision in Carter vs. Canada thrust the issue of MAiD onto the federal government’s agenda. While federal legislation was enacted, the provision of MAiD falls to the responsibility of provinces and territories. Ensuring that the practice is properly implemented, monitored, and regulated will be a pressing challenge moving forward.

L’autorisation de la pratique de l’aide médicale à mourir est une question controversée au Canada depuis plusieurs décennies. En juin 2016, le gouvernement du Canada a adopté des mesures modifiant le Code Criminel afin de permettre aux adultes éligibles de recevoir l’aide médicale à mourir (AMM). Deux cas portés devant la Cour suprême du Canada ont contesté la prohibition de l’AMM avec des résultats très différents. En dépit de la similitude des cas de Rodriguez contre la Colombie Britannique et de Carter contre le Canada, les transformation politiques et sociales au cours des 20 dernières années, tant au Canada qu'à l’international ont conduit  à des résultats très différents. Le tournant marqué en 2015 par la décision rendue dans Carter contre le Canada a placé la question de l’AMM très haut dans la liste des priorités du gouvernement fédéral. Cependant, même si la loi a été définie au niveau fédéral, la mise en oeuvre de l’AMM demeure la responsabilité des provinces et territoires. Assurer que la pratique de l’AMM soit bien encadrée, suivie, et règlementée représentera un énorme défi.

Published
2017-12-11
Section
Provincial/Territorial Health Reform Analyses