Authenticité ou opportunisme? La crédibilité des communications en matière de responsabilité sociale de l’enterprise

Flavie Desgagné-Éthier, Stéphanie Yates

Abstract


La responsabilité sociale de l’entreprise (RSE) est devenue monnaie courante dans le discours corporatif. Toutefois, le cynisme des consommateurs, exacerbé par les nombreuses tentatives d’écoblanchiment, en fait un territoire communicationnel risqué. L’objectif de cette recherche qualitative qui rassemble les apprentissages clés d’une douzaine de communicateurs-praticiens est de répertorier les critères qui permettent de maximiser les chances de succès d’une communication sur la RSE en matière de crédibilité perçue. Les entrevues semi-directives qui ont été menées auprès de ces communicateurs-praticiens ont permis d’établir les bases d’un modèle multifactoriel en matière de crédibilité des communications en RSE, ancré dans la pratique. Ce modèle regroupe deux catégories de facteurs d’influence que nous avons nommés les facteurs primaires, ayant une influence sur la perception de « crédibilité spontanée », et les facteurs secondaires, liés à des stratégies communicationnelles ayant une influence sur la « crédibilité rationalisée ». 


Keywords


responsabilité sociale de l'entreprise; stratégies communicationnelles; marketing et publicité; communicateurs et praticiens; crédibilité et légitimité; éthique

References


Bitektine, A. (2011). Toward a theory of social judgments of organizations : The case of legitimacy, reputation, and status. Academy of Management Review, 36(1), 151-179.

Bodger, A. et Monks, M. (2009). Legal and regulatory update ; Getting in the red over green: The risks with green marketing. Journal of Sponsorship, 3(3), 284-293.

Capron, M. (2010). Conclusion – Pouvoirs et contre-pouvoirs des puissances économiques : vers un nouveau contrat social mondial? Dans Gendron, C., Vaillancourt J.-G. et Audet, R. (dir.) Développement durable et responsabilité sociale. De la mobilisation à l’institutionnalisation (pp. 249-264). Canada : Presses internationales polytechnique.

Dawkins, J. (2005). Corporate responsibility : The communication challenge. Journal of Communication Management, 9(2), 108-119.

Dhaouadi, I. (2008). La conception politique de la responsabilité sociale de l’entreprise : vers un nouveau rôle de l’entreprise dans une société globalisée. Revue de l’organisation responsable, 3(2), 19-32.

Gotsi, M. et Wilson, A. M. (2001). Corporate reputation : Seeking a definition. Corporate Communications: An International Journal, 6(1), 24-30.

Grant, J. (2009) Le manifeste du marketing vert. (Bernard, J.-P., trad.) La Plaine St-Denis : Éditions AFNOR.

Grunig, J. E. (2009). Paradigms of global public relations in an age of digitalisation. PRism, 6(2). Récupéré de http://www.prismjournal.org/fileadmin/Praxis/Files/globalPR/GRUNIG.pdf

Jahdi, K. S. et Acikdilli, G. (2009). Marketing communications and corporate social responsibility (CSR) : Marriage of convenience or shotgun wedding? Journal of Business Ethics, 88, 103-113.

Julien, F. (2010). Soyons sérieux : On ne fête pas la Terre avec une bouteille d’eau! Le Soleil. Récupéré de http://www.lapresse.ca/le-soleil/opinions/points-de-vue/201004/21/01-4272702-soyons-serieux-on-ne-fete-pas-la-terre-avec-une-bouteille-deau.php

Kent, M. L. et Taylor, M. (2002). Toward a dialogic theory of public relations. Public Relations Review, 28, 21-37.

Laufer, W. S. (2003). Social accountability and corporate greenwashing. Journal of Business Ethics, 43, 253-261.

Libaert, T. (2010). Communication et environnement, le pacte impossible. Paris : Presses universitaires de France.

Maignan, I., Ferrell, O. C. et Ferrell, L. (2005). A stakeholder model for implementing social responsibility in marketing. European Journal of Marketing, 39(9/10), 956-977.

Maisonneuve, D. (2010). Les relations publiques dans une société en mouvance (4e édition). Québec : Presses de l’Université du Québec.

Mitchell, R. K., Wood, J. D. et Agle, B. R. (1997). Towards a theory of stakeholder identification and salienc e: Defining the principle of who and what really counts. Academy of management Review, 22(4), 853-887.

Morsing, M. et Schultz, M. (2006). Corporate social responsibility communication : stakeholder information, response and involvement strategies. Business Ethics: A European Review, 15(4), 323-338.

Morsing, M., Schultz, M. et Nielsen, K. U. (2008). The Catch 22 of communicating CSR : Findings from a Danish study. Journal of Marketing Communications, 14(2), 97-111.

Munshi, D. et Kurian, P. (2005). Imperializing spin cycles : A postcolonial look at public relations, greenwashing, and the separation of publics. Public Relations Review, 31, 513-520.

Parguel, B., Benoît-Morceau, F. et Larceneux, F. (2011). How sustainability ratings might deter greenwashing: A closer look at ethical corporate communication. Journal of Business Ethics, 102, 15-28.

Pasquero, J. (2005). La responsabilité sociale de l’entreprise comme objet des sciences de gestion. Le concept et sa portée. Dans Turcotte, M.-F. et Salmon, A. (dir.) Responsabilité sociale et environnementale de l’entreprise (112-143). Québec : Presses de l’Université du Québec.

Terrachoice. (2013). The sins of greenwashing. Récupéré le 23 juin 2013 de http://sinsofgreenwashing.org/index.html

Tremblay, S. (dir.) (2007). Développement durable et communications ; Au-delà des mots, pour un véritable engagement. Québec : Presses de l’Université du Québec.

Van de Ven, B. (2008). An ethical framework for the marketing of corporate social responsibility. Journal of Business Ethics, 82, 339-353.




DOI: https://doi.org/10.15173/jpc.v5i1.2924


Flavie Desgagné-Éthier
Université du Québec à Montréal
Canada

Stéphanie Yates
Université du Québec à Montréal
Canada