Augmenter l’accessibilité et la qualité des services de santé de première ligne avec les Groupes de Médecine de Famille

Main Article Content

Émélie L. Aubin
Amélie Quesnel-Vallée

Abstract

Pour faire suite aux recommandations de la Commission Clair en 2000, les premiers groupes de médecine de famille (GMF) ont été implantés au Québec en 2002. Cette réforme avait pour but d'améliorer l’accès et la qualité des services de première ligne, reconnus comme déficients. Afin d’y parvenir, les GMF devaient établir une pratique interprofessionnelle et multidisciplinaire offrant des heures et jours de services étendus, notamment grâce au partage des patients par un groupe de médecins qui collaborent avec des adjoints administratifs, du personnel infirmier et autres professionnels de la santé, en plus de l’informatisation des dossiers électroniques de patients. Cette réforme rencontrait l'assentiment de nombreux acteurs (médecins, personnel infirmier, population générale) qui anticipaient tous en bénéficier à divers égards. Cependant, la mise en œuvre précipitée de cette réforme a causé beaucoup de confusion et requis de nombreux rajustements, dont certains sont encore à venir. De fait, à ce jour, la réforme a eu moins d'impacts qu’anticipés, le nombre de patients inscrits aux GMF ayant à peine augmenté et l’informatisation tardant à se faire. Enfin, bien que les patients inscrits en GMF perçoivent une plus grande continuité des soins dans le cadre de cette pratique interprofessionnelle, ils ne perçoivent cependant pas d’amélioration en ce qui concerne l’accès aux soins.

Following the recommendations of the Clair Commission in 2000, the first family medicine groups (FMGs) were implemented in Québec in 2002, with the goal to remedy persistent problems of both access to and quality of primary care services. FMGs were expected to achieve this goal through the establishment of an interprofessional and multidisciplinary team-based practice offering extended service hours, and facilitated by the implementation of electronic records. This reform was generally supported by most key stakeholders (doctors, nurses and the general population). However, the rushed nature of the implementation of this reform has caused confusion and necessitated a number of adjustments some of which are yet to come. Accordingly, the reform has produced little demonstrable impact, as the number of registered patients has barely increased and computerization is proceeding at a much slower pace than anticipated. Finally, patients registered with an FMG perceive this mode of practice as improving continuity of care but not accessibility.

Article Details

How to Cite
Aubin, Émélie L., & Quesnel-Vallée, A. (2016). Augmenter l’accessibilité et la qualité des services de santé de première ligne avec les Groupes de Médecine de Famille. Health Reform Observer – Observatoire Des Réformes De Santé, 4(1). https://doi.org/10.13162/hro-ors.v4i1.2689
Section
Provincial/Territorial Health Reform Analyses